19 sept. 2017

Prince captif, tome 1 - L'Esclave



          Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d'Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d'un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s'allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l'homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr...


      Pourquoi ce livre ? Pour tout vous dire, je ne suis pas très friande de romance et je m’intéresse bien peu à toute parution la concernant. Néanmoins j’ai eu vent y’a de cela quelques années de la nouveauté du genre, mettant en avant les relations homosexuelles. J’étais curieuse de voir ce que cela donne et j’ai donc sauté sur l’occasion de mêler plaisir (sans jeu de mots) à la découverte en lisant une histoire « gay » (faut prendre des pincettes car ce n’est pas totalement gay dans le récit) appliquée à la Fantasy.

       Bah c’est pas pour autant que j’ai plus accroché qu’aux romances hétérosexuelles. D’un côté, je m’en doutais un peu, je suis du genre « quand ça passe pas, ça passe pas et c’est pas la peine de me forcer ou me donner des équivalents ».

       Le premier chapitre est pourtant très accrocheur, l’auteure nous dépose suite à un coup d’état d’un prince bâtard, et envoie l’héritier du trône en guise d’esclave pour servir un état voisin ennemi. Tout se déroule dans une confusion maîtrisée (j’aime ce genre d’oxymores), si bien qu’on se pose pas mal d’interrogations sur les instances politiques, qui est qui et comment on en est arrivé là.
       C’est la suite où j’ai commencé à me détacher totalement du roman. L’histoire patine sévèrement, on nous vend du sexe juste pour le sexe en oubliant totalement l’aspect politique de l’intrigue. Je reconnais être une accro à la Fantasy pure et dure, peut-être suis-je trop braquée sur ce genre, mais j’ai trouvé ici un peu trop facile de dire que c’est de la Fantasy et que celle-ci ne serve que de vague décor.
       De plus, j’ai trouvé que les personnages sont trop centrés sur le sexe et pas leur condition. Hormis peut-être le prince ennemi Laurent et le Régent, les autres ne font en réalité rien du tout. On peut s’attendre à ce que Damen se pose mille questions quant à sa province d’origine, qu’il fomente mille tortures pour punir son traître de frère, mais non, il ne se consacre qu’à la situation présente. Dans les moments creux, j’ai trouvé que cela manquait de réalisme.
       Enfin, plusieurs esclaves ont été livrés en même temps que le protagoniste, cela n’empêche qu’ils ne sont strictement jamais réunis, qu’ils ne dorment pas dans la même pièce, ne mangent pas ensemble. Quel coup du sort que l’esclave princier, information qu’aucun ne connaît, se retrouve placé aux côtés du prince ennemi. Un peu gros pour être appréciable.
       Autant vous dire, j’ai abandonné sans attendre la moitié du roman. Rien ne bougeait si ce n’est les fesses et le fouet, très peu pour moi tout ça.

       Comme j’ai dit précédemment, les personnages manquent de crédibilité.
       Damen est un prince trahi. Obligé de se rabaisser à la condition d’esclave, il s’adapte trop parfaitement à sa nouvelle situation.
       Le Régent, lui, m’a semblé sympathique et plein de vertus. L’auteure le présente tel le sage qui gouverne posément son état, à l’écoute de ces sujets.
       Et enfin vient Laurent, le prince têtu et légèrement belliqueux. Je ne peux pas dire que je l’ai tant que ça apprécié, mais c’est celui que je retiendrai le plus étant donné qu’il fait preuve d’une personnalité un poil plus poussée que celle des autres personnages. En effet, il est difficile de deviner à quoi il pense, comment il va réagir, etc. C’est l’impulsif de service, et cela lui sied bien.
       Voilà ce que je peux vous dire des personnages car, en réalité, on n’en apprend bien peu sur les autres, notre attention se focalisant surtout sur le premier et le troisième.

       La plume est entièrement sans saveur. Rien de marquant, de transcendant, bref, tout était vraiment au service des relations et rien d’autre.



     Une profonde déception pour une première découverte. Tout est fade et centré sur le sexe, en dépit de la Fantasy qui est totalement laissée sur le banc de touche, quand elle n’est tout simplement pas oubliée. Il ne se passe rien, l’intrigue n’avance pas, les personnages sont plats et incohérents, bref autant dire que je ne lirai jamais la saga. 



03/20




Les autres titres de la saga :
1. L'Esclave
2. Le guerrier
3. Le roi
- saga terminée -

1 commentaire:

  1. Merci pour cette chronique, je me sens moins seule ... Ce qui m'avait convaincu de le lire, c'était les coups de cœur multiples vus partout, mais quelle déception !
    Pour le coup, je l'avais lu jusque la fin et l'intrigue n'avance pas d'un cheveu. C'est simple, il ne se passe absolument rien de cohérent que ce soit au niveau des évènements ou des comportements des personnages. Pourquoi les auteurs de romance se mettent-ils toujours en service minimum niveau cohérence de l'intrigue et personnalité des personnages ? Et puis cette utilisation d'un arrière-plan un peu "fantasy" m'avait horripilé.

    RépondreSupprimer